Les Femmes représentent 36% des Enseignants-Chercheurs

Dans l’Hexagone, les femmes ne représentaient que 36% de l’ensemble des enseignants-chercheurs en 2012-2013. Des chiffres révélés par une étude sur l’état de l’emploi scientifique en France menée par la Dgesip (Direction générale de l’enseignement supérieur et de la recherche) et la Dgri (Direction générale de la recherche et de l’innovation) le 13 janvier 2015. Chez les maîtres de conférences, la part de femmes est de 43%, et de 22% parmi les professeurs d’université.

Des chiffres éloquents

Parmi les lauréats du concours d’enseignant-chercheur en 2012, le nombre de femmes maîtres de conférences dans les matières scientifiques est toujours très bas. 20,7% en sciences de la terre et de l’univers, 15,6% en physique, 20% en informatique, 23,4% en sciences pour l’ingénieur, 28% en mathématiques et 38,6% en chimie. Elles représentent en revanche 57,7% des maîtres de conférences en science de la vie (santé, environnement, faune et flore) et 60% en lettres et sciences humaines.

Concernant la part de femmes parmi les professeurs d’université lauréates du concours en 2012, les chiffres sont encore plus bas. En sciences de la vie, sur 50 lauréats, elles ne sont que 14. En sciences de la terre et de l’univers, sur 17 diplômés, aucun n’est une femme. Seule la part de femmes lauréates en pharmacie est à peu près équilibrée avec 47,6% (soit 10 lauréates sur 21).

Peu des femmes recrutées dans les EPST

Quant à la proportion de femmes recrutées parmi les chercheurs lauréats du concours en 2012, leur part est de 41% dans les quatre principaux établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) : 35% pour les chargés de recherche et 44% pour les directeurs de recherche de deuxième classe.

Les salaires toujours plus bas

L’enquête révèle également que parmi les docteurs, les femmes gagnent 10,5% de moins que les hommes. En effet, leur salaire médian est de 2300 euros nets en 2012 (soit une augmentation de 6% par rapport à 2010) alors que celui de leurs homologues masculins est de 2541 euros nets (soit une augmentation de 10% depuis 2010).

La part des femmes enseignants-chercheurs en France reste donc très faible, contrairement à d’autres pays comme le Portugal, la Russie ou l’Espagne. Le seul pays dans lequel les femmes sont plus nombreuses dans la recherche est l’Argentine (53%).

Wally Bordas

Orientations